Bandeau
Aventure en Guyane
à l’époque où la jungle était intacte

10 ans de vie de Robinson en Guyane à une époque ou la Jungle était encore intacte et témoignage sur sa destruction.

Baboune ou singe hurleur
Alouatta seniculus

Les Alouates encore appelés Singe hurleur, singe rouge ou ’’Baboune’’ sont des concertistes reconnus...

Article mis en ligne le 26 juin 2016

par Christian Voillemont
logo imprimer

 Baboune

Le Singe hurleur encore appelé singe rouge ou ’’Baboune’’en Guyane.
Alouatta seniculus
n. m. XVIIIe siècle. Emprunté du caraïbe de la Guyane.

 Caractéristiques du singe hurleur :

  • Longueur du corps :
  • Mâle 50 à 70 cm
  • Femelle : 45 à 55 cm
  • Longueur de la queue : 50 à 75 cm
  • Poids adulte :
  • Mâle : 6,5 kg
  • Femelles 4,5 kg
  • Maturité sexuelle : 3 ans
  • Gestation : 140 jours
  • Nombre de jeunes/portée : 1
  • Nombre de portées/an : 1 tous les deux ans

 Mode de vie, observations

Le concert des mâles, que l’on peut entendre à tous moments, mais plus particulièrement à l’aube est très impressionnant et a terrorisé des générations d’apprentis broussards. Comment les décrire ? Une violente tempête sur le Cap Horn ? Une compagnie de fantômes dans un château hanté d’Écosse ? Je ne connais pas de bruit plus terrifiant pour un néophyte de la jungle et plus plaisant pour l’amoureux de la nature !
Ils vivent en groupe très organisé. La queue préhensile nue à l’extrémité et sur sa face permet des déplacements rapides et très gracieux au sommet des arbres. Les pattes sont courtes et musclées. Certains individus peuvent peser jusqu’à 9 kg. Je n’ai jamais observé de bagarre chez les mâles, mais je les ai vus essayer de s’impressionner par des cris puissants. Ils ont toute une gamme de postures, mimiques, cris pour communiquer entre eux et il est très plaisant et divertissant de les observer.

Leur pouvoir de reproduction est très faible. Le petit naît au bout de 5 mois de gestation, il vit accroché au ventre de sa mère à sa naissance puis en grandissant, il passe sur son dos. Il y reste jusqu’à l’âge de six mois. La mère ne donne qu’un petit tous les deux ans.

Ils ont un rôle important dans la dissémination des graines en forêt même s’ils se nourrissent beaucoup de feuilles. Ils sont des disséminateurs de graines efficaces. Ils mangent les fruits et dispersent les graines dans leurs déjections sans que cela affecte leur pouvoir de germination.

Avec son faible pouvoir de reproduction, cette espèce très chassée et très vulnérable, car bruyante et peu farouche est la victime toute désignée des chasseurs de tous poils. De plus, la majorité des singes hurleurs abattus restent accrochés dans les arbres et ne profitent à personne. Quel massacre inutile ! Que deviendrait la forêt guyanaise sans singes hurleurs ? Hors cet animal qui était très commun dans les années 80 et qui se faisait entendre jusqu’au cœur des villes et villages devient rare et il devient de plus en difficile à écouter et à apercevoir. Outre le rôle essentiel qu’il joue dans l’écosystème, il agrémente par ses mélodies les séjours en forêt.

Prenez un appareil-photo ou une caméra vidéo, enregistrez ces merveilleux concerts et impressionnants concerts. Laissez-les en paix, vous permettrez ainsi à cette espèce fragile de survivre et vos enfants pourront encore découvrir une des grandes joies de la vie en forêt, l’écoute des cris de singes hurleurs.
Vous pourrez continuer à rire des premiers émois des apprentis broussards lorsqu’ils entendent pour la première fois ces hurlements que vous rendrez encore plus mystérieux et terrifiants par quelques récits foireux de mauvais goût... comme il de tradition pour bizuter les nouveaux...

 Une soirée riche en émotion !

Je me souviens tout particulièrement d’une nuit sombre et très obscure sur une montagne qui dominait l’Approuague et où nous nous étions porté au secours des passagers d’un avion disparu quelques jours plus tôt. Il était vers 21 heures, le feu de bois projetait une lueur blafarde qui faisait danser des ombres fantasmagoriques autour de nous et un Boni nous racontait une légende sur un animal aussi légendaire que terrifiant quand soudain, tout proche, au moment le plus horrifiant du récit, un concert de singes hurleur se déclencha soudainement. Ils étaient très proches et nous pouvions sentir l’air vibre. Le bruit était effrayant et certains d’entre nous pensaient que les esprits et animaux légendaires du Boni prenaient vie... Soudain, le silence revint, lourd, pesant. Plus un seul bruit dans la jungle et dans un grand fracas, nous entendîmes quelques arbres géants de la forêt tomber en faisant vibrer le sol à quelques centaines de mètres ! Quelle soirée intense ! Que de plaisirs et de bonheurs ! Même en étant rationnel et cartésien, un tel enchaînement de circonstances, de sons, de vibrations, d’événements insolites ont donné vie l’espace d’une soirée aux esprits de la forêt ! C’est ça la magie de la jungle !

 Hurlements de singes hurleur

P.S. :

*** photo de présentation du dossier : commons.wikimedia.org/wiki auteur : Miguelrangeljr


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

1996-2017 © Aventure en Guyane - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.15
Hébergeur : Voillemont Christian