Bandeau
Aventure en Guyane
à l’époque où la jungle était intacte

10 ans de vie de Robinson en Guyane à une époque ou la Jungle était encore intacte et témoignage sur sa destruction.

Progresser dans une crique en Guyane

Les criques ou les fleuves d’Amazonie abritent des espèces de raies dangereuses ou des poissons voraces comme les aïmaras ou les piranhas. Voyons comment les éviter.

Article mis en ligne le 10 janvier 2009
dernière modification le 30 juin 2016

par Christian Voillemont
logo imprimer

Il faut souvent sortir des pirogues ou des canoës pour effectuer des passages de Sauts à la cordelle ou traîner les bateaux dans des zones peut profondes. Lorsque l’on chemine à pied, les rives sont souvent trop encombrées et il peut être plus facile de progresser dans le cours d’eau.

En fonction du type de cours d’eau, plusieurs dangers sont à redouter.

La raie venimeuse :

Omniprésente, la raie venimeuse représente un péril réel. Avec sa queue équipée d’un dard redoutable qu’elle utilise comme un fouet, elle peut vous infliger des blessures toujours graves et très douloureuses. Nécrose des tissus, gangrènes, il ne faut pas prendre cela à la légère. Pour moi, c’est le danger le plus constant et le plus redoutable auquel on est confronté lorsque l’on canote sur les fleuves et rivières où lorsque l’on remonte des criques dans la jungle.

Pour les éviter, deux solutions, traîner les pieds dans le sable, marcher lentement les yeux grands ouverts, elles changent de couleur, s’ensablent et elles sont difficile à détecter et souvent nombreuses. Si vous approchez une raie, elle s’écartera et ira plus loin. Par contre si vous la surprenez et posez le pied dessus, le pire est à craindre. Vive comme l’éclair, elle vous fouettera de sa queue et vous planera son terrible dard dans la jambe. Une autre technique est de fouiller le sable devant vous avec un long bâton pour les faire fuir et les repérer.

Le piranha :

Poisson redoutable dont la réputation n’est plus à faire, sa voracité en fait une proie facile pour les pêcheurs, mais il faut être équipé de solides avançons d’aciers, car ses dents sont coupantes comme des rasoirs. Il n’est réellement dangereux que dans deux cas, vous êtes blessé, vous saignez et vous êtes dans l’eau. Il faut en sortir immédiatement, car attirés par le sang les piranhas peuvent venir de loin pour la curée.

Cas le plus fréquent, vous préparez votre viande et vous la nettoyez dans la rivière, la berge est à pic et permet l’approche des piranhas, appelés Pirayes en Guyane. Ils vont surgir à vive allure et avec leurs dents acérées, arracher des morceaux de viande et peut être partir avec vos doigts... ou votre main, car un gros aïmara peu faire de même !

Pour éviter cela, la solution est simple, nettoyer le gibier, la viande, uniquement sur des roches plates ou des plages avec quelques centimètres d’eau afin qu’un de ces gloutons ne puisse remonter jusqu’à vous.

Autre précaution, on ne nettoie jamais la viande là où l’on se baigne, on le fait loin en aval....

D’autres animaux tels l’anaconda, le caïman, l’anguille électrique peuvent également être dangereux, vous trouverez plus d’informations dans le guide, Robinsonnade en Amazonie en vente sur le site.

Quand on doit descendre pour pousser, il faut traîner les pieds dans le sable pour éviter les piqures de raie. En zone rocheuse, les risques sont moindres mais j’ai déjà vu des raies osées sur des roches et presque invisible

Même faisant la lessive, un aïmara peut surgir et attaquer. Il est plus prudent de rester dans des zones d’eau peu profonde

Un oeil sur la vaisselle, un oeil pour surveiller les alentours. Un jour en lavant du linge, je me suis fait arracher des mains une chaussette par un poisson vorace.
J’ai eu de la chance, il aurait pu partir avec un ou plusieurs doigts...


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

1996-2017 © Aventure en Guyane - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.35
Hébergeur : Voillemont Christian